Haut
Bas

Lettre de Francis (ASCEN) au ministre des travaux publics

Plus d'informations
11 Fév 2017 20:19 #1 par astroraoul
Réponse de astroraoul sur le sujet Lettre de Francis (ASCEN) au ministre des travaux publics
Article dans le journal !

This browser does not support PDFs. Please download the PDF to view it: Download PDF

Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Fév 2017 17:11 #2 par astroraoul
Réponse de astroraoul sur le sujet Lettre de Francis (ASCEN) au ministre des travaux publics
Voici un article de Vers L'Avenir (lettre d'un lecteur) à propos de la décision de changer les luminaires publics en LEDS.


Trouvé par Jean-Marie Mengeot.i
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Jan 2017 16:09 #3 par serge
Dommage de ne pas invoquer les réalisations déjà faites avec un éclairage démesuré et beaucoup trop violent.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Jan 2017 15:12 #4 par teca5030
Super initiative... bien qu'un peu tard...
C'est également dommage qu'il ne parle pas de l'aspect cout des LED.
Avec l'entretien on va vite arriver à un cout supérieur au lampadaire "sodium"....

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Jan 2017 14:27 #5 par astroraoul
Suite à la décision d'équiper les routes wallonnes de LEDs blancs à partir de 2018 (Lettre à mr Prévot)

Monsieur le Ministre,

Nous avons pu voir récemment à la télévision un reportage sur le futur éclairage des autoroutes et des routes à quatre voies au moyen d'ampoules LED.

Abandonnées donc les extinctions de certains tronçons d'autoroutes la nuit en Wallonie parce que les LED consomment moins d'électricité.

D'après votre témoignage, si on éclaire toute la nuit, cela va avoir un impact sur les courbes d'accidents. Nous posons des questions : comment se fait-il que ces courbes ne se sont pas emballées depuis qu'on coupe l'éclairage de tronçons autoroutiers une partie de la nuit en Wallonie ? Comment se fait-il qu'au Grand-Duché de Luxembourg les éclairages autoroutiers ont été largement enlevés et qu'il n'y a eu aucune répercussion négative sur ces courbes ? Comment se fait-il que la région Nord-Pas-de-Calais a décidé il y a quelques années, elle aussi, d'enlever l'éclairage sur l'autoroute Boulogne-sur-Mer-Dunkerque ? Là par contre, ils l'ont fait parce que l'éclairage augmentait le nombre d'accidents et donc parce que la courbe allait dans le sens contraire d'une amélioration de la sécurité.

Nous savons que la première impression que l'on a généralement est de se dire que si on éclaire plus, la sécurité va être améliorée... mais ce n'est qu'une impression que dément la réalité. Déjà en décembre 2002, le Ministère de l’Equipement et des Transports (MET) donnait comme conclusion dans une étude sur l'éclairage routier et autoroutier en Wallonie (1) que "l'éclairage le long des autoroutes n'apporte pas un plus en matière de sécurité routière. [...] Une route plus éclairée se traduit généralement par un accroissement de la vitesse des automobilistes". Diverses études indépendantes (c'est-à-dire non liées à des associations ou à des sociétés d'éclairagistes) confirment l'absence de lien formel entre augmentation de l'éclairage et sécurité routière.

Ce qui nous désole également, c'est qu'en matière environnementale, vous ne voyez que l'aspect CO2. Diverses études, comme celle de l'ANSES (2) publiée en 2010 en France, se posent des questions quant à l'innocuité des LED sur la santé. Il faut savoir que les LED à lumière blanche ont un spectre bien différent du spectre des autres types d'éclairage public. Ils ont une forte composante bleue dans leur spectre. Or il se fait que la nuit, notre oeil est particulièrement sensible au bleu. Il s'ensuit que ces LED ne sont pas à recommander pour les enfants et les personnes âgées. Comme l'écrit l'ANSES dans son rapport (page 6) : "Le risque d’effet photochimique est associé à la lumière bleue et son niveau dépend de la dose cumulée de lumière bleue à laquelle la personne a été exposée. Il résulte généralement d’expositions peu intenses répétées sur de longues durées. Le niveau de preuve associé à ce risque est important."

La faune nocturne souffre elle aussi de ces lumières blanches à spectre principalement dans le bleu. Dans un rapport de l'IDA (3), on voit que pour les insectes "la lumière bleue est plus attractive que la lumière jaune". Il y a aussi un risque de perturbation du rythme circadien (le biorythme) de la faune, particulièrement chez les mammifères, parce que "la lumière a forte composante bleue a tendance à synchroniser la fonction circadienne".

Donc les LED, même s'ils réduisent la consommation énergétique et la production de CO2, ne sont pas la panacée universelle en matière environnementale. Loin de là. Surtout qu'il y a un risque d'emballement du nombre de LED si, sous couvert de la moindre consommation électrique, on décide d'en mettre plus (ou d'éclairer toute la nuit). Cela va inévitablement augmenter la pollution lumineuse. Que dire d'un éclairage qui diminue une pollution mais qui en amplifie une autre ? Est-ce vraiment un plus pour l'Environnement ? Participer à la destruction des espèces nocturnes sur notre planète et à la disparition de notre ciel étoilé, est-ce vraiment un plus pour l'Humanité ? Croyez-vous sincèrement que transformer la nuit en jour se fera sans répercussion sur la Nature qui fait déjà face à de multiples menaces ?

Les questions légitimes que nous nous posons sont les suivantes : quel type de lampadaires allez-vous utiliser ? Seront-ils munis de réflecteurs qui enverront la lumière vers le sol et non plus vers le ciel (au contraire de ce qui existe actuellement) ? Quelle sera la puissance lumineuse (Lux) au sol ? Quel type de LED sera choisi ? Blanc-bleu ou LED filtré (qui atténue cette composante bleue) ? L'explication sur le dimming dans le reportage nous interpelle également. Habituellement le dimming consiste à baisser la puissance lumineuse et donc la consommation dans certains créneaux horaires pendant la partie la moins fréquentée de la nuit. Est-ce bien de cela qu'il s'agit ou bien de l'application d'un éclairage intelligent à la demande (détection des véhicules) ?

Nous restons à votre disposition pour de plus amples informations et vous prions d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de nos sentiments les plus distingués.

Francis Venter
Président ASCEN
Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l'Environnement Nocturnes asbl
Rue du Dolberg 7
6780 Messancy
www.ascen.be
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
0473.63.44.24


(1) Trafic et sécurité sur les routes et autoroutes de Wallonie, Données et commentaires, Les cahiers du MET (Ministère de l’Equipement et des Transports), collection " Trafics " n°15, décembre 2002, 103 pp routes.wallonie.be/listePublication.do?action=1&shortId=4
(2) "Effets sanitaires des systèmes d’éclairage utilisant des diodes électroluminescentes (LED)", Avis de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail www.anses.fr ), rapport d'expertise collective, Octobre 2010, Édition scientifique, 310 pp www.anses.fr/fr/system/files/AP2008sa0408.pdf
(3) International Dark-Sky Association : "Questions sur la visibilité, l’environnement naturel et astronomique liées à l’éclairage extérieur blanc avec une forte composante bleue", 4 mai 2010, Traduction française, Association LICORNESS, Septembre 2010, Alain LE GUE & le contrôle scientifique de Nicolas BESSOLAZ, 23pp www.astrosurf.com/licorness/dossiers%20P...ncais_05_17_2010.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.317 secondes